Sport et exercice physique : un besoin… vital !

 

De nombreux concitoyens, et de plus en plus, sont sédentaires.

En effet, de par nos modes de vie actuels, au travail, à la maison, nous ne bougeons pas assez !

Et pourtant, l’activité physique a de nombreux bénéfices. On observe une diminution des décès prématuré chez les personnes pratiquant de l’exercice physique quels que soient l’âge et la cause de décès.

Rz_SPORT034

La pratique régulière d’un sport est bénéfique dans de nombreux domaines :

sur les maladies cardio-vasculaires : l’activité physique est fortement et inversement associée avec le risque d’infarctus du myocarde (voir lien : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12010905). Ce qui est interressant est que l’activité n’a pas besoin d’etre intense pour un effet bénéfique.En revanche, la régularité de la pratique est probablement plus importante que l’intensité avec laquelle elle est réalisée.

– sur les problèmes respiratoires : BPCO, asthme, mucoviscidose

– sur les cancers : de nombreuses études montrent un impact bénéfique de l’exercice physique sur les cancers du colon et du sein (lien) :

  • en prévention : les personnes pratiquent de l’exercice développent moins de cancers

  • en phase de chimiothérapie : moins de fatigue, d’effets secondaires

  • en phase de rémission : moins de récidive et survie plus longue

– sur la prise de poids et l’obésité (lien) : la pratique d’activité physique attenue la prise de poids au cours de la vie

– sur le diabète : diminution de l’apparition du diabète de type 2 (lien)

– sur le vieillissement global : l’activité physique régulière réduit certains processus de dégradation liés à l’age, ainsi que les capacités fonctionnelles des personnes âgées : endurance, capital musculaire et osseux (ostéoporose), équilibre.

– effets psychologiques :  diminution du stress et de l’anxiété, amélioration du bien-être émotionnel, du bien-être physique, de la qualité de vie et la perception de soi.

Il y a de plus une relation dose/réponse c’est à dire que les pathologies liées à l’immobilité sont inversement proportionnelles à la quantité d’exercice physique. Autrement dit, plus on fait de sport, moins on est malade !

En outre, la pratique d’une quantité au moins modérée d’activité physique s’accompagne déjà d’un bénéfice substantiel sur la santé.

La pratique d’une activité modérée (au moins 3 heures par semaine) ou d’une activité intense (au moins 20 minutes trois fois par semaine) diminue ainsi de 30 % le risque de mortalité prématurée.

En conclusion, pas besoin d’etre un sportif de haut niveau pour avoir un impact bénéfique sur votre santé, soyez surtout régulier !