Efficacité de la kinésithérapie respiratoire : oui ou non ?

Vous en avez peut être entendu parlé l’hiver dernier, mais une grande campagne de dénigrement de l’efficacité de la kinésithérapie respiratoire sur la bronchiolite du nourrisson a été menée.

Les conclusions de l’étude publiée dans la revue americaine pediatrics montraient une inefficacité de celle-ci sur la guérison des bronchiolites.

Cependant, cette étude n’utilise pas les mêmes techniques que nous utilisons en France.

kine-respi-thomas-de-la-motte-rouge-02.JPG

La « chest pysiotherapy » repose sur des techniques de drainage postural, de vibrations percussions sur la cage thoracique et toux provoquée, techniques qui ont depuis longtemps été abandonnées par les kinésithérapeutes respiratoires français.

Sur recommandation de l’HAS, (document disponible en ligne) les techniques des kinésithérapeutes français se basent sur l’augmentation du flux expiratoire (AFE) ainsi que le drainage rhino-pharyngé (DRP) et la toux provoquée.

L’HAS stipule que les techniques utilisées en France entrainent une « amélioration clinique franche » et si elle est rarement agréable pour l’enfant, elle n’est en revanche pas douloureuse.

Vous pouvez lire également l’excellent article publié sur le figaro.fr, qui traite de ce sujet.

La kinésithérapie respiratoire pédiatrique a donc toute sa place dans la prise en charge des nourrissons atteints de bronchiolite.